Génèse du village

Nous, originaires du village de Taboitien, venons de Tiassalékro, quartier Pacobo. C’est à la suite d’un conflit d’héritage entre deux neveux que nous nous sommes séparés.
Nous sommes descendants de la Reine Tano Adjo, sœur de la Reine Abraha Pokou. Le Roi Kadja Kpin est cousin de la Reine Tano Adjo. Ce dernier engendra trois(3) enfants qui sont: Kadja Bomo, Kadja Sème et Kadja Adjo.
La sœur de Kadja Kpin s’est mariée avec un homme originaire de Taabo du nom de Blin. De leur union naquit Blin Aka.
Après la mort du Roi Kadja Kpin, Kadja Sème, son fils, organise des cérémonies funéraires grandioses et s’accapare tous les biens du roi. Malgré les avertissements de ses sœurs Bomo et Adjo, Kadja Sème s’assoie sur le trône royal.
Il faut souligner que la succession en pays baoulé respecte le système matriarcat.
En effet, c’est le neveu, progéniture d’une sœur qui hérite de son oncle ; dans certains cas, celui-ci peut hériter de son grand père.
Il fallait donc trouver le successeur du roi Kadja Kpin. C’est ainsi que Blin Aka, l’enfant de sa sœur, fut cité.
Cependant il faut rappeler que ce dernier reconnu mauvais garçon par son oncle Kadja Kpin, à cause de son comportement insupportable, est renvoyé dans la famille paternelle à Taabo où il bénéficiera d’une très bonne éducation.
Là bas, le mauvais garçon qu’il était, change de comportement, devient sage, riche et puissant. Il se confectionne un tam-tam appelé « Aboman » ce qui veut dire dans la langue locale : « j’ai crée mon territoire ».
Blin Aka, de son exil, apprend la mort de son oncle Kadja Kpin. Encouragé  par les femmes de la famille paternelle lui demandant de revenir dans la famille maternelle pour prendre l’héritage de son oncle, il décide d’y revenir.
Il arrive à Tiassalé, suivi d’un cortège de guerriers, de roitelets et d’esclaves, avec son tam-tam « Aboman ».
Il organise à son tour des cérémonies funéraires à l’honneur de son défunt oncle Kadja Kpin. Le jour suivant, avec le soutien des femmes, il détrône son cousin Kadja Sème et occupe alors la chaise royale.
Loin de supporter cette humiliation, Kadja Sème va donc chercher à livrer bataille à son cousin Blin Aka. Ses sœurs Kadja Bomo et Kadja Adjo vont le consoler et le dissuader de ne pas s’attaquer à son cousin Blin Aka qui est l’ayant droit du trône. Ainsi prend fin cette colère.
C’est à partir de ce moment que Kadja Sème s’est retiré pour aller créer son propre village appelé Taboitien. Il s’est déplacé avec son tam-tam le « Klin Kpli »
Il faut souligner que les sœurs de Kadja Sème, l’on dissuadé de ne pas s’attaquer à son cousin Blin Aka qui est venu prendre le trône. Kadja Sème qui n’a jamais voulu être sous la domination de son cousin Blin Aka, sur les conseils de sa sœur Kadja Bomo dont l’esclave a découvert un nouveau site, s’est retiré à cet endroit avec son tam-tam parleur « Klin Kpli ».

Comment ce village à été crée

Le roi Kadja Sème, malgré l’intervention de ses sœurs Bomo et Adjo, n’a pu supporter l’humiliation et a préféré quitter la famille pour créer son village avec sa sœur aînée Kadja Bomo.

Etien, un esclave de la reine Kadja Bomo était un grand chasseur. Au cours de ses promenades, il se retrouve (encore) au bord du fleuve Bandama et y reste pour faire ses pagaies et découvre sur les lieux de la latérite pour la fabrication des pots. L’esclave revient du champ et rend compte de sa découverte à sa reine. Après l’incident né de l’héritage de Kadja Kpin, Bomo a demandé le retrait de son petit frère sur son nouveau site qui porte son nom Bomokro, non loin de Tiassalé, vers Katomo. Le deuxième site, il est allé plus loin que le premier à Anzramassi où il fut chassé par les termites. Il revient sur le troisième site qui porte désormais le nom de l’esclave Etien (Tèboitienkro).

Depuis que Kadja Sème le fils du roi Kadja Kpin, détrôné par l’enfant de sa tante, c’est à dire son cousin Blin Aka et qui ne pouvait pas supporter la honte, s’est retiré pour créer Taboitien son village, il a aboli le système matriarcat, c’est à dire, le fils d’une sœur n’hérite plus du trône, seul le fils du frère ou le propre fils du roi a habileté à s’asseoir sur le trône royal: c’est le système patriarcat.

Il faut souligner que la dernière fille de Kadja Kpin, appelé Kadja Adjo a rejoint ses parents maternels à Tiassalékro, quartier « Kpatabouèbo »

Il faut préciser que la reine Bomo et son frère Sème ont quitté le premier site situé vers Katomo parce qu’ils ont estimé qu’ayant décidé de quitter Tiassalé, ce lieu s’avère trop proche de Tiassalé encore. D’où le déplacement sur le deuxième site Anzramassi où ils ont été obligé de quitter à cause des termites pour atterrir sur le troisième site qui porte le nom de l’esclave de la reine Bomo qui est Etien. Ce lieu étant son atelier de travail où il fabrique des pagaies, l’addition des deux noms a donné le nom du village : Tèboitien, ce qui veut dire : Etien le fabriquant de pagaies.

 

Commentaires (3)

1. kadio 27/02/2011

merci de nous éclairer sur l'origine de notre village

2. Patek Philippe watches (site web) 06/02/2012

Your information is very topical for me. Thanks for the information. I really liked it Patek Philippe Calatrava

3. mextuatty (site web) 29/10/2012

http://cheapviagraqual.com | order viagra | <a href=http://cheapviagraqual.com/#7714>cheap viagra</a>

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Statistiques depuis le 30 Juin 2009 à 18h30 GMT
free counters
2009© Copyright Jérôme Kadja - 17 BP 843 Abidjan 17 Côte d'Ivoire - Tel: 23463987. Cel:09050270 /01680765 - E-mail: infotaboitien@yahoo.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×